Dans plusieurs parcs de Palo Alto on a dédié une partie de l’espace public à des jardins communaux ou communautaires (“Community Garden”). Créés en 1970, ces jardins avaient pour but d’inciter à faire de la culture “bioâ€?, comme dans l’ancien temps, avant que les engrais chimiques ne soient utilisés. On voulait montrer comment on peut se passer d’engrais chimiques et neanmoins faire pousser de belles plantes saines.

Ces jardins sont pour les jardiniers amateurs. Pour l’équivalent de 4 euros par an, on peut louer trois mètres carrés de bonne terre sur une parcelle bien exposée au soleil. On peut y cultiver ce que l’on veut, des tomates, des petits pois, ou même des capucines. La seule condition est que la culture soit “bio”.

img_7580.jpg

Le Edith Johnson Garden est situé dans Johnson Park, 200 Waverly Street, à quelques centaines de mètres de University Avenue et du centre d’affaire et de commerce de Palo Alto.

Quelques autres jardins communautaires sont parsemés dans la ville. Le plus grand est près de la bibliothèque dans Newell Park (1313 Newell Street) et fait plus de 5.000 mètres carrés. Les autres jardins communautaires sont Eleanor Pardee Garden (1201 Channing Avenue), Palo Alto Garden (1154 Palo Alto Avenue).

Les jardiniers du dimanche qui cultivent leur petite parcelle dans un jardin communal beneficient de l’aide de la ville. Par exemple, ils peuvent recevoir du compost, des graines ou des plants gratuits. Ils peuvent aussi consulter des jardiniers professionnels de la ville sur les methodes de jardinage.

img_7581.jpg

Pour servir de modeles aux jardiniers amateurs, on a aussi cree des jardins de demonstration. Par example, on y montre coment faire pousser des plantes qui sont a la fois decoratives et comestibles. En d’autres termes, comment cultiver un jardin d’agrement et de decoration, tout en faisant pousser des produits comestibles que l’on peut utiliser pour se nourrir.

img_7582.jpg

Un autre jardin de démonstration s’est consacré à la culture de plantes locales, ou de plantes d’origine méditerranéenne – puisque les climats sont semblables – qui ne requièrent que peu d’eau en été. Les plantes ont été choisies parmi celles qu’aiment les oiseaux, papillons et autres insectes utiles au développement des cultures, et qui les attirent. Une autre façon de faire travailler la nature, beneficier de la flore et la faune, tout en se passant d’engrais chimiques.