Le Blog de Clementine

Palo Alto, Silicon Valley, San Francisco

Browsing Posts in Palo Alto

Halloween est une fête qui se déroule dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre. Son nom actuel est une altération de All Hallow’s Eve, qui signifie littéralement : “la veille de la fête des tous saints”, c’est-à-dire la veille de la fête catholique de la Toussaint.

img_7433.jpg

Ci-dessus, les citrouilles en vente sur le parking du supermarche Whole Foods de Palo Alto.

La fête de Halloween prend sa source dans une lointaine fête celtique : il y a 2000 ans, les Celtes fêtaient, pendant trois jours, le changement d’année – appelé Samonios en Gaule, Samhain en Irlande – aux environs du 1er novembre. L’Irlande ayant été évangélisée très tardivement au VIe siècle, c’est le pays où la fête de Samhain a subsisté le plus longtemps. Cette célébration fut importée aux Etats-unis par les immigrants catholiques irlandais.

img_7434.jpg

Ci-dessus, au premier plan des plantes qui ressemblent a des petites lanternes.

La tradition veut que les enfants se déguisent avec des costumes qui font peur et aillent sonner aux portes en demandant des bonbons en disant Trick or treat (Des friandises ou un mauvais tour).

img_7442.jpg

Ci-dessus, une dame peint les bras d’une petite fille pour qu’elle “fasse peur”

Le symbole deHalloween est la citrouille, remplacée quelques fois par un potiron. On la découpe pour y dessiner, en creux, un visage, puis on place une bougie en son centre.

img_7438.jpg

Depuis la fin septembre, les “pumpkinsâ€? (citrouilles) sont en vente un peu partout, dans les supermarchés, et même dans des étals improvises sur un coin de parking ou un bout de terrain près d’une voie publique. C’est que le commerce de la citrouille a ce moment de l’année est très important. Les gens achètent les citrouilles pour décorer les magasins, les maisons et les bureaux.

En général, ils prennent des énormes citrouilles, qu’ils entassent devant l’entrée principale. Ou bien, ils découpent des visages pour en faire des lanternes.

img_7435.jpg

Ci-dessus, des plantes oranges, en forme de lanterne.  On croirait qu’elles ont ete inventees juste pour celebrer la saison de Halloween.

Ils décorent aussi l’intérieur des maisons ou des bureaux, avec des plus petites courges, citrouilles ou potirons, de la taille d’une balle de tennis ou d’un ballon de football. On en met sur les bureaux, sur les buffets, devant la cheminée, etc.

img_7432.jpg

Il n’y a pas que de la nourriture au Marché des Fermiers. Il y a aussi beaucoup de fleurs. Le climat de la région est très doux et temperé, donc les fleurs y poussent bien.

l1000291.jpg

Ces fleurs roses sont une variété d’amaryllis. Elles sont beaucoup plus fines et sveltes que les amaryllis rouges ou blanches que l’on voit souvent aux alentour de Noël. Elles poussent dans les jardins, ou meme à l’etat sauvage, et fleurissent en plein été.

En ce moment, c’est la saison du tournesol. Il y avait des brassées de tournesol un peu partout au Farmers Market.

l1000295.jpg

Un fleuriste avait des tournesols qui semblaient jouer avec le soleil. Le tournesol est une fleur tellement attachante. Elle ressemble à un soleil, et a l’air de vous sourire.

l1000294.jpg

Plus loin, une fleuriste papotait avec animation avec chacun des clients. Elle était très sympathique et avait l’air très heureuse de vivre.

l1000296.jpg

Plus loin, un autre marchand avait une camionnette pleine de toutes sortes de fleurs. Il y en avait de toutes les couleurs, de quoi satisfaire tous les goûts.

l1000276.jpg

Mais ce n’est pas tout. En plus des fruits et légumes, des pâtisseries, des petits fromages, et des fleurs des champs avoisinants, il y a une autre distraction au Marché des Fermiers. C’est la musique.

Il y a toujours des musiciens qui viennent jouer, pour le plus grand plaisir des gens venus faire leurs emplettes. Souvent, ce sont des musiciens amateurs, qui ont un autre métier pendant la semaine, mais qui prennent plaisir à faire du spectacle. D’autres sont des musiciens professionnels qui font les mariages et les réceptions.

Ils jouent de toutes sortes d’instruments. De la guitare. Du violon. De la harpe. Parfois, il y a des chanteurs. Chaque semaine, c’est un nouveau groupe de musiciens.

Ils viennent pour le plaisir de faire de la musique ou d’avoir un public. Ils espèrent aussi trouver des engagements, et du travail. Ils apportent leurs cartes de visite, pour s’assurer qu’on se souviendra d’eux.

Souvent ces musiciens apportent leurs nouveaux CD. Beaucoup de gens achètent leurs disques. Un peu pour les aider à survivre. Un peu parce que c’est de la musique agréable, et peu diffusée.

Ce samedi, il y avait un groupe de 4 musiciens, violonistes et guitaristes. Ils jouaient des chansons connues d’Eric Clapton.

Une dame dansait au son de la musique avec son petit garçon.

l1000275.jpg

Tout autour d’eux, les gens étaient assis par terre, sur la chaussée, et écoutaient la musique.

l1000284.jpg

Pas très loin, un des étals vendait des crêpes. Elles étaient cuites sur place, sur des grandes plaques en métal. Puis, le marchand les farcissait comme on voit le faire en France. Les gens achetaient des crêpes, et s’installaient par terre sur le trottoir, pour les manger en écoutant la musique.

l1000285.jpg


Puis, une fois les emplettes finies, chacun rentre chez soi. On repart comme on est venu. A pied, en voiture, ou… à bicyclette.

l1000309.jpg

Les vélos sont trés communs dans les rues de Palo Alto, et dans les villes du voisinage. Le terrain est plat. On ne pollue pas. On économise sur les frais d’essence. Et ça fait du bien pour les jambes.

Pendant la belle saison, Palo Alto et la plupart des villes des alentours organisent un Farmers Market ou Marché des Fermiers. Les agriculteurs de la région viennent y vendre leurs produits tout fraîchement cueillis.

l1000301.jpg

Tous les samedis, entre mai et décembre, le Farmers Market ou Marché des Fermiers s’installe au centre de Palo Alto, derrière le Bureau de Poste Principal.

l1000274.jpg

La totalité du marché ne fait pas plus de 200 à 300 metres carrrés. Il y a peu de place. On bloque les rues aux alentours pour réserver les voies aux piétons et aux poètes.

l1000314.jpg

Le Farmers Market a beaucoup de succès car les produits sont en général délicieux et ont beaucoup de goût. Il y a beaucoup de monde.

Certains en font une sortie familiale. Comme si on allait au musée. Cela permet de donner aux enfants une autre vue de la nourriture; leurs montrer que les aubergines ne poussent pas au supermarché ou que le tournesol est une fleur, et pas seulement une bouteille d’huile. Il y a toujours quelque chose de nouveau à leur faire découvrir.

l1000290.jpg

Même les tous petits sont de la fête. Certains viennent dans leur véhicule personnel.l1000287.jpg

D’autres suivent à pied. Si besoin est, un de leurs parents les portera sur ses épaules.l1000278.jpg

Il y a une ambiance familiale très sympathique. Il n’est pas rare de rencontrer des gens que l’on connaît, et c’est une bonne occasion pour papoter loin des pressions de la vie de travail.

J’ai lu quelque part une comparaison entre Palo Alto et Florence. Comme la Florence de la Renaissance Italienne, Palo Alto une ville universitaire de réputation mondiale, qui rassemble des intellectuels de haut niveau et des étudiants tries sur le volet, venus de partout. L’université de Stanford est le phare de Silicon Valley. Elle a génèré plus de Prix Nobel que n’importe quelle autre université. Il y a même une «Ecole de Palo Alto» qui est un courant de pensée dans le domaine de la psychiatrie. Voir, par exemple, Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Ecole_de_Palo-Alto.

Comme à Florence, il y a des gens riches. Ils n’ont pas gagné leur fortune en ramenant des épices ou de la soie de l’Orient. Ici, ce sont l’informatique et l’Internet qui ont permis de créer des fortunes. Les nouveaux «riches» de Silicon Valley sont ceux qui ont bénéficié des succès boursiers de Google, Amazon, eBay, ou il y a plus longtemps, Apple, ou Hewlett Packard.

Les riches marchands de la Florence de la Renaissance Italienne, avaient appris que la plus grande satisfaction une fois fortune faite, est de pouvoir donner. Ils ont servi de mécènes aux artistes.

Ici, on a suivi cette tradition de mécénat. Les heureux bénéficiaires des succès boursiers se permettent de “give back”. To “give back”, c’est rendre ou repayer. On rend à la communauté une partie de la richesse que l’on a eu la chance de gagner par son labeur – et par les succès des introductions en bourse. Ainsi, les entrepreneurs qui ont «réussi» servent de mécènes à la Silicon Valley.

De ce fait, la ville entière de Palo Alto, et les villes aux alentours, bénéficie de cette énergie et cette richesse. L’art et la culture sont présents un peu partout. Dans les galeries, et dans la rue. Il y a des théâtres, des salles de spectacle (souvent en plein air), et des musées.

Aujourd’hui, 5 septembre 2006, marque le 113e anniversaire de la première rentrée des classes de l’école primaire de Palo Alto.

Des familles ont commencé à s’installer dans la région de Palo Alto vers la fin du XIXe siècle, environ en 1890.

La première école primaire s’est établie en 1893, sur ce qui est maintenant Bryant Street, entre University Avenue et Hamilton Avenue. Le bâtiment n’a pas survécu les années et les intempéries.

img_7076.jpg

Sur le bâtiment plus moderne qui est situé sur le site de l’ancienne école, une plaque commémore la fondation de l’école.

Cette plaque dit que le School District (circonscription académique) de Palo Alto fut établi le 20 mars 1893. On bâtit en quatre jours un édifice qui comprenait deux pièces, pour servir d’école. La construction fut effectuée par des charpentiers et des menuisiers volontaires. La nouvelle école ouvrit à la rentrée scolaire de 1893 – exactement, le 5 septembre 1893 – avec 70 élèves.

Ci-dessous la bâtisse qui est située à l’emplacement de l’ancienne école de Palo Alto.

img_7078.jpg

img_7083.jpg

Bryant Street est maintenant une des rues chics de la ville, avec plusieurs galeries d’art et des magasins d’article de mode.

Hier j’ai parlé de l’art dans les galeries. Ce n’est pas la seule forme d’art que l’on puisse voir à Palo Alto. Il y a aussi, par exemple, l’art que l’on rencontre à un coin de rue.

img_7096.jpg

La ville de Palo Alto a lancé un programme de mécénat, dans lequel elle subventionne des artistes pour qu’ils décorent les rues.

Sur cette photo, on voit comment on peut transformer un objet banal que l’on trouve au coin d’une rue en un “tableauâ€? (ou, en fait une série de petits tableaux) unique. Cette borne est au coin de Bryant Street et Hamilton Avenue.

img_7097.jpg

Ici, il s’agit d’une borne qui sert à gérer les mécanismes qui déclenchent les changements de feux de circulation. L’artiste a créé, sur chaque face de la borne, une série de petits dessins pour raconter l’histoire de Boucles d’Or, et de sa visite chez les ours.

img_7098.jpg

Voici les faces de la borne, vues de plus près.

img_7095.jpg

L’artiste a profité de la petite histoire pour enfants pour faire une lecon sur la conservation de l’énergie, le cafleutrage des fenetres, et l’utilisation communautaire des véhicules (le “car pool”) pour économiser le carburant.

A Palo Alto, de nombreuses galeries exposent les oeuvres d’artistes locaux, ou venus d’ailleurs. Beaucoup d’oeuvres sont intéressantes, ou fascinantes.  Il y a aussi quelques croûtes  🙂  Tout dépend du talent ou de la connaissance artistique du directeur de la galerie.

Ci-dessous des photos de deux galeries sur Bryant Street, entre University Avenue et Hamilton Avenue.

img_7094_2.jpg

img_7080.jpg

Mais l’art, surtout l’art contemporain, peut intimider ou rebuter. Pour rendre l’art accessible à tous, et faire connaître les talents qui n’ont pas encore place au musée, les galeries d’art de Palo Alto essaient d’aller à la rencontre des non-initiés.  Le premier vendredi du mois, les galeries sont ouvertes au public, de 18 heures à 21 heures, pour le “Palo Alto Artwalk” , pour faire connaître leurs nouvelles collections d’œuvres au public.
Une façon très civilisée de finir sa semaine de travail.  Aller de galerie en galerie, découvrir de nouvelles œuvres, et déchiffrer les messages et fantasmes de leurs auteurs.
Une vingtaine de galeries participent à la fête. Lors du “Palo Alto Artwalk” du premier vendredi du mois, très souvent le peintre ou sculpteur dont les oeuvres sont exposées dans une galerie est présent.  Cela permet de parler avec l’artiste, et de mieux comprendre les idées profondes, saugrenues, ou folles, qui ont été à la genèse de l’oeuvre.
Selon le niveau de la galerie, il y aura des petits-fours et du bon vin, ou bien tout simplement, quelques boissons fraîches.  Il y a souvent de la musique.  Parfois une galerie fait venir des musiciens, parfois, les musiciens prennent l’initiative et s’installent dans la rue, quelque part sur le circuit de la tournée des galeries.  Ils jouent de la musique de chambre classique, ou des chansons folk contemporaines.
Les rues sont animées. Les inconnus s’adressent la parole.  On partage les impressions.  On recommande une galerie particulièrement intéressante. La gaieté est contagieuse.
Le tout est bon enfant.  Pas d’intimidation.  Pas de techniques de vente agressives.  Juste une grande fête de village.  Simple.  Sans autre but que de mettre de l’animation dans la ville, en fournissant une qualité de vie peu courante.

Ce week-end, c’est Labor Day week-end. Un long week-end de trois jours ou l’on fête la fin de la saison chaude, et le début de l’été indien.

Sur University Avenue à Palo Alto, les magasins sont ouverts. Les gens font les vitrines.

img_0497.jpg

Les cafés sont pris d’assaut par les touristes et les locaux, venus se rafraichir entre deux emplettes.

img_0495.jpg

Il fait beau et bon. Le ciel est bleu sans nuage. Un parfait week-end de rentrée des classes.

Ramona Street, entre University Avenue et Hamilton Avenue, à Palo Alto, est bordée de petits immeubles de deux étages, de style espagnol. En fait, ce style est connu sous le nom du “Palo Alto Style” car il est unique à Palo Alto. Même si l’inspiration est en général espagnole ou mexicaine, il y a d’autres influences.img_0417.jpg

Dans un recoin de l’un de ces petits immeubles, il y a une petite cour calme et fraiche. C’est une oasis de fraîcheur, surtout en plein midi, quand le soleil est haut et tape fort. Les pots de fleurs sont alignés avec charme, et rendent l’espace très accueillant.

img_0418.jpg